Charpentes bois

Charpentes bois

Notre atelier de taille situé à Gap dans les Hautes Alpes nous permet de préparer et d'assembler nos charpentes avant de les livrer directement sur site.
 

En savoir plus >>

 En bref...

  • Desamiantage
    Desamiantage
    Depuis 1997 l'utilisation de l'amiante est interdite en France, néanmoins avant cette date, elle a été largement utilisée dans la construction.
     
  • En savoir plus >>

  • La presse parle de nous
    La presse parle de nous
    En 2010, Marc CHARDAVOINE rachète l'entreprise de charpente gapençaise
  • En savoir plus >>

  • Couverture - zinguerie
    Couverture - zinguerie
    Que ce soit en tuiles, en bacs acier, nous habillons vos toitures neuves ou anciennes en y ajoutant notre savoir faire.
     
  • En savoir plus >>

  • Charpentes bois
    Charpentes bois
    Notre atelier de taille situé à Gap dans les Hautes Alpes nous permet de préparer et d'assembler nos charpentes avant de les livrer directement sur site.
     
  • En savoir plus >>

  • Bienvenue
    Bienvenue
    La société Dautremer est installée à Gap, dans les Hautes-Alpes (05), depuis 1983. Nous vous accompagnons et vous conseillons dans vos projets de rénovations, de charpentes, de couvertures et de constructions ossature bois.
  • En savoir plus >>

LA RENOVATION

La rénovation désigne les opérations par lesquelles un bâtiment ou l'un de ses éléments voit sa condition améliorée, par l'utilisation de matériaux neufs, modernes en remplacement des parties endommagées. Elle se diffère ainsi de la restauration, qui utilise les mêmes matériaux et les mêmes techniques utilisées à l'époque de la construction (notion patrimoniale), et de la réhabilitation.
 
Outre des enjeux de mise en sécurité et de mise aux normes, d'importantes économies d'énergie peuvent être faites suite à une rénovation.
La rénovation est souvent l'occasion de retirer l'amiante, les peintures au plomb (céruse, minium de plomb), les tuyaux de plomb au profit de matériaux moins nuisibles pour l'environnement et la santé.
Elle peut aussi être l'occasion d'installation de systèmes de récupération des eaux de pluies, de toilettes sans eau, compostage, tri sélectif, de murs, terrasses ou toitures végétalisées, d'extension, etc.
 
Les progrès technologiques permettent des rénovations et transformations qui étaient quasi-impossibles il y a quelques années.
  • Les techniques de décapage, de désamiantage et de diagnostic initial permettent de mieux garantir la santé des ouvriers et futurs habitants.
  • Les écomatériaux permettent de mobiliser moins de matériaux toxiques ou posant problème de gêne à la pose.
  • Les logiciels spécialisés facilitent le travail. En Suisse, par exemple, il est désormais possible d'établir avec une très grande précision des plans en trois dimensions afin de visualiser les travaux à faire. Il est également possible de déterminer la solidité d'une poutre, d'un mur, d'une colonne, pour établir correctement un plan de l'ordre de travaux à effectuer.
Ces technologies en transformation et rénovation ne permettent pas simplement des réductions du prix des travaux, mais également une sécurité accrue des travailleurs et à terme une qualité de vie meilleure pour les habitants de la maison.
  • Le diagnostic infrarouge détecte les fuites réelles et potentielles d'énergie (chauffage)
  • le diagnostic énergétique limite le gaspillage (lumières non nécessaires, etc..) afin de les éviter déjà lors de la conception des travaux de rénovations et transformations. Par exemple, une bonne isolation de toiture fait faire beaucoup d'économies. Et si des fenêtres simples peuvent être utilisées à l'intérieur du bâtiment, des fenêtres bi-vitrées (double couches de verre avec une couche d'air entre elles) ou triple vitrage, ou vitrages pariéto-dynamiques. Les pertes de chaleur peuvent ainsi être réduites jusqu'à 80% voire plus, ce qui diminue fortement les factures énergétiques, surtout dans les régions froides.
 
Les « travaux de rénovation importants » font dans le cadre de la loi Grenelle II (de 2010) l'objet d'une attention particulière. Un décret en Conseil d'État, après avis de l'Autorité de la concurrence, doit encore préciser la notion de « travaux de rénovation importants »
 
Les travaux de rénovation nécessitent le respect de la "Réglementation Thermique Existant" (RT Existant), qui définit les niveaux de performance énergétique à atteindre. En fonction de la SHON, du coût des travaux et de l'année de construction du bâtiment, on applique :
  • la RT "élément par élément" (d'une part, pour tous les bâtiments d'avant 1948 ; d'autre part, pour les bâtiments postérieurs à 1948 et d'une SHON < 1000 m² ; et enfin, pour les bâtiments postérieurs à 1948 d'une SHON > 1000 m² et dont le coût des travaux de rénovation énergétique représentent moins de 25% du coût de la construction)
  • la RT globale (bâtiments construits après 1948 dont la SHON > 1000 m² et le coût des travaux de rénovation thermique > 25 % du coût de la construction)
Les huit postes de la RT "élément par élément" sont les suivants :
  • ventilation mécanique
  • parois opaques
  • eau chaude sanitaire
  • parois vitrées
  • refroidissement
  • éclairage
  • chauffage
  • énergies renouvelables
 
La RT "élément par élément" impose des niveaux de performance spécifiques à atteindre pour chacun des éléments faisant l'objet de la rénovation, alors que la RT globale impose une performance globale du bâtiment en matière de consommation énergétique.
En général, une approche globale passant par le recours à des Experts en Rénovation Energétique permet d'obtenir les meilleurs résultats, tant en termes de performance énergétique que de respect de la réglementation.
Toutefois, les modélisations actuelles excluent ou tiennent mal compte de nombreux paramètres déterminant notamment dans le bâti ancien (comportement hygrométrique du bâtiment et des matériaux, inertie thermique des matériaux, usages du bâtiment) aussi l'état de l'art du milieu du BTP ainsi que les doctrines des experts (bureau d'étude thermique) évoluent rapidement.
 
Cf. Wikipedia